Kitsune, de la house (musique) à la maison (de mode)

13 Sep

Kitsuné (« renard » en japonais) fête cette année ses 10 ans. Dix années au cours desquelles le concept a grandement évolué.

Ses fondateurs, Gildas Loaec, ancien manager des Daft Punk, et Masaya Kuroki, ancien architecte, se rencontrent au Japon par les biais d’amis communs, en travaillant sur le film d’animation « Interstella 5555« .

Très vite, ils imaginent une structure qui pourrait réunir leur passion commune pour la musique et la mode : Kitsuné était né.
Le logo de Kitsune
Mais du fait de leurs connections professionnelles, c’est la branche musicale qui démarre en 2002, avec comme positionnement l’électro pop « indie« .
Il faut attendre 2005 pour qu’une première ligne de vêtements homme soit estampillée du petit renard. Et 2007 pour qu’une ligne femme fasse sont apparition.
Collection "Byron Bay" par Kitsune (2008)
La petite boutique de la rue Thérèse dans le 1er arrondissement de Paris laisse bientôt place à une boutique plus cossue à deux pas de là, rue de Richelieu.
Maison Kitsune flagship store @ Paris
Tandis que le rythme des sorties sur le label s’accélère, avec au passage quelques tubes et des découvertes de groupes stars comme Two Door Cinema Club, la qualité des matières et de la fabrication européenne, ainsi que le style résolument classique chic et « preppy » insufflés par Masaya renforcent l’identité de véritable « maison » de mode.

Le succès est fulgurant, et tandis que ses vêtements sont portés par certains des groupes internationaux signés sur le label, la marque se développe à l’étranger (corners, concept stores) jusqu’à l’ouverture d’un premier magasin au printemps dernier à New York (hôtel NoMad, dans le North Madison District). En 2011, 80% du chiffre d’affaires de Kitsuné était ainsi réalisé à l’export au travers d’une centaine de points de vente.

Outre les qualités intrinsèques de ses vêtements et l’aura de ses ambassadeurs musiciens, la Maison Kitsuné s’efforce chaque saison depuis ses débuts de réaliser des collaborations avec des marques, des artisans, des artistes ou des endroits toujours pointus, aussi bien hexagonaux qu’étrangers (voir le récapitulatif ci-après).

C’est d’ailleurs sans doute la réussite de leur collaboration avec Petit Bateau en 2009 (ligne de vêtements et compilation) qui a valu à Gildas et Masaya d’être récemment nommés directeurs artistiques de la marque.
Gildas Loaëc et Masaya Kuroki, nouveaux directeurs artistiques des collections homme et femme signées Petit Bateau (ici en 2009)
Kitsuné en quelques dates :
• 2002 : création de Kitsuné, sortie du premier maxi (Towa TeiFunkin’ for Jamaica)
• 2005 : première collection homme; sortie de la première compilation « Kitsuné Maison » et premier gros tube avec  » Zdarlight  » de Digitalism
• 2007 : lancement de la ligne de vêtements femme
• 2008 : ouverture du flagship parisien au 52 rue de Richelieu
• 2009 : Twoo Door Cinema Club sort son premier maxi  » Something Good Can Work » sur le label. Le titre sera repris un an plus tard dans la publicité du Crédit Agricole. Sortie également du 100ème EP du label (Chew LipsSalt Air
• 2010 : ouverture de la boutique  » Kitsuné Parisien « , rue de Richelieu
• 2011 : l’actrice Isabelle Huppert pose pour le magazine Elle en Kitsuné
• 2012 : ouvertures de la boutique de New York @ NoMad; sortie de la compilation Kitsuné America; sorti de la 14ème compilation Kitsuné Maison pour célébrer le 10ème anniversaire de la maison
• 2013 : ouverture de boutiques à Tokyo (Aoyama) et Paris (Rive gauche); première collection pour Petit Bateau
Maison Kitsune shop @ NoMad, NY
Collaborations :
• Marques:
o Pierre Hardy (desert boots)
o James Heeley (bougies parfumées)
o Swarovski (chemise, blouson)
o Petit Bateau (t-shirt / compilation)
o United Bamboo (pulls)
o Le Minor (foulard)
o J.M. Weston (mocassins et boots)
o The Hansen Family (malle)
o Olympia Le-Tan (patches « college »)
o Quoddy (mocassins)
o Mackintosh (imperméables)
o Loopwheeler (hoodie, sweatshirt, pantalon de jogging)
o CLOT (chemises)
o Corto Moltedo (maroquinerie)
o Flouzen (noeuds papillons, cravates)
o Yoshida/Porter (sac)
o New Era (casquettes)
o Alexander Olch (noeuds papillons)
o Brookly We Go Hard (sweatshirt)
o Pernod Absinthe (bouteille)
o Yasmine Eslami (lingerie)
J.M. Weston X Maison Kitsune
Boutiques / concept stores :
o Surrender @ Singapour (chemise, cardigan)
o Isetan @ Tokyo (pyjamas, totebag, écharpe)
o Colette @ Paris (blouson spécial « Colette Loves Japan »)
o The Shop at Bluebird @ Londres; Galleria @ Seoul; Barney’s @ NY; Le Bon Marché @ Paris; Montoak @ Tokyo; Colette @ Paris (pop up stores)
Totebag pour le shop éphémère @ Bluebird
Artistes / magazines :
o Monocle (chemise, cardigan)
o Jean-Philippe Delhomme (illustrations)
o André Saraiva (blouson, t-shirts)
o E15 (table)
Campagne par J-P. Delhomme


Kitsuné (« fox » in japanese) celebrates this year its tenth anniversary. 10 years of steady growth and innovation.

Its founders, Gildas Loaec, former manager of Daft Punk, and Masaya Kuroki, former architect, met in Japan through friends, working on the movie « Interstella 5555« .

Pretty quickly, they came up with a concept that could gather together the passion and the vision they share for music and fashion : Kitsuné was born.

Their previous experiences made it easier to start with the musical arm, the label, back in 2002, with an « indie » electro pop universe.
As for the garment project, the first line for men with the little fox was release back in 2005. Women had to wait until 2007 for their own line.

The small shop rue Thérèse (Paris, 1st district) was then transferred into a real cosy flagship store a couple of steps nearby, rue de Richelieu.

While the pace of label releases accelerated, with a couple of hit singles and some pretty solid artists newly signed like Two Door Cinema Club, the quality of materials and European manufacturing, as well as the very chic and preppy style brought by Masaya strengthened the identity and creidbility of Kitsune as a real fashion « house« .

The success has been dazzling, and while the garments have been worn by most of the label’s international artists , the brands has been expanding abroad (corners, concept stores) until the opening of its first shop abroad in New York (NoMad hotel, North Madison District) last spring. In 2011, 80% of Kitsune’s turnover was generated abroad through merely one hundred PoS.

Beside the inherent qualities of its collections and the aura of its pop ambassadors, la Maison Kitsuné has been stiving every season since its establishment to collaborate with renowned brands, craftsmen, artists or places, not only French (see the synthesis here after).

Saying that, one may link the succes of their 2009 collaboration with French brand Petit Bateau (clothes and compilation) to the recent appointment of Gildas & Masaya as artistic directors of the brand.

Kitsuné’s milestones :
• 2002 : establisment, release of the first EP (Towa TeiFunkin’ for Jamaica)
• 2005 : 1st collection for men; release of the 1st « Kitsuné Maison » compilation and 1st massive hit with  » Zdarlight  » by German duo Digitalism
• 2007 : release of the 1st collection for women
• 2008 : opening of the new parisian flagship @ 52 rue de Richelieu
• 2009 : Twoo Door Cinema Club release their 1st EP  » Something Good Can Work » on the label. The single will be chosen the following year by French bank Crédit Agricole for their TV ad. Release of the 100th EP of the label (Chew LipsSalt Air
• 2010 : opening of the  » Kitsuné Parisien  » store, rue de Richelieu
• 2011 : French actress Isabelle Huppert poses for the French issue of Elle magazine with a Kitsuné outfit
• 2012 : oping of the New York flagship store @ NoMad; release of the Kitsuné America compilation; release of the 14th Kitsuné Maison compilation to celebrate the 10th anniversary of the maison
• 2013 (TBC) : opening of flagship stores in Tokyo (Aoyama) and Paris (left bank); 1st collection for Petit Bateau

Collaborations :
• Brands:
o Pierre Hardy (desert boots)
o James Heeley (candles)
o Swarovski (shirt, jacket)
o Petit Bateau (t-shirt / compilation)
o United Bamboo (knitwear)
o Le Minor (scarf)
o J.M. Weston (moccasins and boots)
o The Hansen Family (trunk)
o Olympia Le-Tan (« college » felt brooches)
o Quoddy (moccasins)
o Mackintosh (raincoats)
o Loopwheeler (hoodie, sweater and jogging trousers)
o CLOT (shirts)
o Corto Moltedo (leather goods)
o Flouzen (bow ties, ties)
o Yoshida/Porter (bag)
o New Era (caps)
o Alexander Olch (bow ties)
o Brookly We Go Hard (sweatshirt)
o Pernod Absinthe (bottle)
o Yasmine Eslami (underwear)

Shops / concept stores :
o Surrender @ Singapore (shirt, cardigan)
o Isetan @ Tokyo (pyjamas, totebag, scarf)
o Colette @ Paris (jacket « Colette Loves Japan » to help tsunami victims)
o The Shop at Bluebird @ London; Galleria @ Seoul; Barney’s @ NY; Le Bon Marché @ Paris; Montoak @ Tokyo; Colette @ Paris (pop up stores)

Artists / magazines :
o Monocle (shirt, cardigan)
o Jean-Philippe Delhomme (illustrations)
o André Saraiva (jacket, t-shirts)
o E15 (table)

Une Réponse to “Kitsune, de la house (musique) à la maison (de mode)”

  1. Coleria novembre 19, 2013 à 6:01 #

    Super article qui résume bien la Maison Kitsune, merci de toutes les infos!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s